Identifiez-vous ou inscrivez-vous au site
« ADA 2014 »
Pour consulter le contenu de ce site, vous devez vous identifier ou vous inscrire Pas encore inscrit ?
L'inscription et l'utilisation de MediPass sont des services gratuits
connexion
 

Envoi du mail en cours
 
Zoom sur
Les épisodes d’hypoglycémies sévères sont particulièrement péjoratifs pour les diabétiques de type 2 et reflètent leur plus grande vulnérabilité Par le Dr Jean-Louis Gayet (Colombes), le 18-06-2014
Le pronostic des épisodes hypoglycémiques sévères reste un sujet d’actualité important d’autant plus que l’évolution des thérapeutiques pourrait le faire changer. Une équipe (...) Lire ce zoom
Accéder à tous les zooms
Les derniers comptes rendus
Retrouvez ci-dessous les derniers articles publiés (pour l'intégralité des articles, utilisez les menus).
Méta-analyse des études EDITION de phase 3a : efficacité sur le contrôle glycémique et hypoglycémies sous Glargine 300 U/ml chez les diabétiques de type 2
Dr Laurent Molines, CHU Sainte-Marguerite - Marseille le 18-06-2014
La nouvelle formulation de l’insuline glargine (concentrée à 300 U/ml, Gla-300) possède un profil d’action plus plat et plus prolongé que la formulation traditionnelle (100 U/ml, Gla-100).
Les différences pharmacocinétiques et pharmacodynamiques entre Gla-300 et Gla-100 pourraient être liées à de la dissolution du micro dépôt sous-cutané de cette insuline qui entraine une diffusion plus lente. Ce profil plus plat et plus prolongé pourrait se traduire par
Moins d’hypoglycémies nocturnes et moindre prise de poids avec la nouvelle formulation de l’insuline Glargine à 300 U/ml par rapport à 100 U/ml : résultats à 1 an chez des diabétiques de type 2 sous basale et ADOs (EDITION 2)
Dr Laurent Molines, CHU Sainte-Marguerite - Marseille le 18-06-2014
La nouvelle formulation de l’insuline glargine (concentrée à 300 U/ml, Gla-300) possède un profil d’action plus plat et plus prolongé que la formulation traditionnelle (100 U/ml, Gla-100).
Les différences pharmacocinétiques et pharmacodynamiques entre Gla-300 et Gla-100 pourraient être liées à une diminution de la dissolution du dépôt sous-cutané d’insuline. Ce profil plus plat et plus prolongé pourrait être se traduire par des bénéfices cliniques :
L’étude SAVOR apporte des informations contemporaines sur le risque d’hypoglycémies avec les plurithérapies antidiabétiques
Dr Jean-Louis Gayet, Colombes le 18-06-2014
L’étude SAVOR TIMI-53 avait pour objectif d’évaluer l’effet à long terme de l’utilisation de la saxagliptine chez des diabétiques de type 2. La randomisation de plus de 16 000 patients a donné à ses auteurs, l’opportunité de faire une analyse précise des épisodes hypoglycémiques. Les patients étaient randomisés entre saxagliptine et placebo et leur traitement était par ailleurs ajusté en fonction des taux d’HbA1C.
Les hypoglycémies induites par la mise sous insuline basale coûtent cher et la prise en compte de facteurs de risque identifiés pourrait contribuer à réduire ces coûts
Dr Jean-Louis Gayet, Colombes le 18-06-2014
Une équipe américaine du New-Jersey a présenté une étude sur les conséquences de l’introduction d’un traitement par insuline basale, tant sur le plan médical (risque hypoglycémique) que sur le plan médico-économique.
Pour ce faire, ils ont utilisé les données d’une base de données nationale, colligées entre 2006 et 2012. Tous les patients ont bénéficié d’une couverture santé, 12 mois avant et 12 mois après le début du traitement par insuline basale.
Efficacité et tolérance à un an de la nouvelle formulation de glargine (300 U/ml) chez des patients diabétiques de type 2 sous basal-bolus (EDITION 1)
Pr Patrice Darmon, Hôpital de la Conception - Marseille le 18-06-2014
La nouvelle formulation de l’insuline glargine (concentrée à 300 U/ml, Gla-300) possède un profil d’action plus plat et plus prolongé que la formulation traditionnelle (100 U/ml, Gla-100), vraisemblablement en raison de la dissolution du micro dépôt sous-cutané de cette insuline qui entraine une diffusion plus lente. Plusieurs études du programme de développement de la Gla-300 (programme EDITION) ont été présentées pendant ce congrès.
Le diabète est-il associé à une altération des fonctions cognitives ? (Programme DPPOS)
Dr Raja Moukhlis, Paris le 17-06-2014
L’étude DPPOS a montré que l’incidence du diabète chez des adultes à haut risque est réduite par une modification du mode de vie et l’usage de la metformine, comparativement au placebo. L’effet se maintient au long cours.
La prévention de diabète de type 2 pourrait-elle préserver la cognition ? Pour répondre à cette question, l’équipe du Dr LUCHSINGER (New-York, États-Unis), a évalué la cognition
Efficacité d’une association fixe glargine-lixisénatide (LixiLan) chez des diabétiques de type 2 insuffisamment contrôlés sous metformine
Pr Patrice Darmon, Hôpital de la Conception - Marseille le 17-06-2014
LixiLan est une nouvelle association fixe en cours de développement combinant insuline glargine et lixisénatide dans un stylo unique (2U de glargine et 1 µg de lixisénatide par unité de produit).
Julio Rosenstock a présenté les résultats d’une étude randomisée, menée en ouvert, visant à évaluer l’efficacité et la sécurité d’emploi du LixiLan vs glargine en une injection par jour chez
La participation à des programmes de modification de mode de vie est associée à une réduction de l'incidence des maladies cardio-vasculaires
Dr Isabelle Pierre, Nantes le 17-06-2014
La modification du mode de vie pourrait être associée à une réduction du poids et des facteurs de risques cardio-vasculaires. Cependant cela a été peu évalué en pratique clinique.
Les auteurs ont présenté un large registre mené aux États-Unis ayant inclus plus de 400 000 participants depuis 2005. La base de données a été étudiée
Comment prédire la survenue d'événements cardio-vasculaires chez les patients diabétiques de type 1
Dr Benoît Fouchet, Marseille le 17-06-2014
Les patients diabétiques de type 1 gardent une mortalité élevée notamment cardio-vasculaire, malgré les améliorations dans le traitement et la détection des complications.
Il n'y a pas de méthode établie de dépistage des maladies cardio-vasculaires chez les diabétiques de type 1.
Altération cliniquement significative des fonctions cognitives chez les adultes d'âge moyen diabétiques de type 1
Dr Isabelle Pierre, Nantes le 17-06-2014
Si l'altération des fonctions cognitives et un événement de survenue classique avec l'avancée en âge. Sa survenue chez le patient diabétique n'a pas été évaluée.
Les auteurs ont évalué la prévalence de la dysfonction cognitive chez des adultes d’âge moyen atteints de diabète de type 1 depuis l’enfance et à déterminer les facteurs corrélés à la survenue de cette dysfonction cognitive en comparaison
Relations entre métabolisme glucidique et rigidité aortique
Dr Benoît Fouchet, Marseille le 17-06-2014
L'altération de la régulation de la glycémie est associée à une augmentation de la rigidité aortique. L'augmentation de la rigidité aortique pourrait être rapportée à la physiopathologie de la régulation glycémique.
Les auteurs ont exploré la relation entre les marqueurs du métabolisme glucidique et la rigidité aortique chez près de 1400 sujets sans diabète connu.
Les interviews
Moteur de recherche
Les derniers comptes rendus
Retrouvez ci-dessous les derniers articles publiés (pour l'intégralité des articles, utilisez les menus).
L’association fixe d’insuline degludec et de liraglutide confirme son intérêt par rapport à l’utilisation séparée de chacun de ses deux composants
Dr Jean-Louis Gayet, Colombes le 16-06-2014
L’association d’une insuline de longue durée d’action (degludec 100 unités) et d’un agoniste GLP1 (exenatide 1,8 mg), IdegLyra, avait été testée avec succès sur une durée de 26 semaines chez des diabétiques de type 2 recevant par ailleurs metformine ± pioglitazone. Les résultats d’une prolongation de 26 semaines de cette étude ont été présentés ici pour évaluer efficacité et tolérance à plus long terme de cette nouvelle association.
La supériorité de l’association d’insuline degludec et de liraglutide, sur chacun de ses composants pris séparément, se trouve confirmée pour les différentes catégories de poids des patients
Dr Jean-Louis Gayet, Colombes le 16-06-2014
Les investigateurs de 2 études de phase 3 ayant évalué l’association (IdegLira) d’insuline degludec (Ideg) et de liraglutide (Lira) chez des diabétiques de type 2 ont rassemblé leurs données pour obtenir une vue globale de l’efficacité de cette nouvelle association sur les principaux dans un paramètres pertinents pour un traitement antidiabétique (HbA1c, doses finales d’insuline et taux d’incidence des hypoglycémies) en partant des différentes catégories de poids à l’inclusion (selon I’IMC).
Analyse à 4 ans des doses d’insuline et des hypoglycémies chez le diabétique de type 2 insulinotraité en vie réelle : résultats de l’étude CREDIT
Dr Laurent Molines, CHU Sainte-Marguerite - Marseille le 16-06-2014
Parce que le diabète est une affection évolutive, que l’évolution se fait inéluctablement vers une insulinopénie au moins relative, le recours à l’insuline plus ou moins précoce fait partie de l’histoire naturelle de la maladie. L’étude CREDIT (Cardiovascular Risk Evaluation in people with type 2 Diabetes on
Analyse à 4 ans des prescriptions insuliniques, du contrôle glycémique, des hypoglycémies et du poids après instauration d’une insulinothérapie chez le diabétique de type 2 : CREDIT Study France
Dr Laurent Molines, CHU Sainte-Marguerite - Marseille le 16-06-2014
Le design de l’étude CREDIT a été précisé dans le résumé de la communication orale n°134.
Différents schémas peuvent être envisagés lors de l’instauration d’une insulinothérapie dans le diabète de type 2.
Cette analyse de l’étude CREDIT avait pour objet d’étudier ces différentes attitudes thérapeutiques, leurs modifications et conséquences potentielles sur une période de 4 années en France.
Effets comparés de la metformine et de la sitagliptine sur la rémission du diabète ‘africain’ après sevrage en insuline
Pr Patrice Darmon, Hôpital de la Conception - Marseille le 16-06-2014
Chez les patients d’origine africaine, lorsque la découverte d’un diabète se fait sur un mode (acido)cétosique ou devant une hyperglycémie sévère, et en l’absence de marqueurs d’auto-immunité, on observe souvent des phases de rémission plus ou moins prolongées pendant lesquelles l’insulinothérapie est remplacée par un traitement par voie orale - voire par aucun traitement.
A ce jour, il n’existe aucun consensus sur le meilleur traitement à proposer après
Incrétino-mimétiques et pancréatite aiguë : de nouveaux résultats rassurants issus d’une étude cas-témoins de grande envergure
Pr Patrice Darmon, Hôpital de la Conception - Marseille le 16-06-2014
En dépit des résultats rassurants des toutes dernières méta-analyses (Li et al, BMJ 2014) et de l’évaluation exhaustive des données toxicologiques, cliniques et épidémiologiques menée par la FDA et l’EMA (Egan et al. N Engl J Med 2014), le débat sur le risque de pancréatite sous incrétino-mimétiques n’est toujours pas totalement clos.
Les conclusions des études épidémiologiques disponibles dans la littérature sont parfois discordantes. Seules des études randomisées contrôlées
Biomarqueurs associés à de sévères hypoglycémies et à un moins bon contrôle glycémique chez le diabétique de type 2
Dr Isabelle Pierre, Nantes le 15-06-2014
Les données de cette étude sont issues des patients inclus dans l’étude ACCORD.
Une des limitations majeures du traitement du diabète de type 2 est la survenue d’hypoglycémies. On manque de marqueurs permettant de prédire le risque d’hypoglycémie.
Les patients qui étaient inclus dans l’étude ACCORD ont reçu un traitement intensif
L’épidémie d’obésité et ses conséquences chez les sujets jeunes diabétiques de type 1
Dr Benoît Fouchet, Marseille le 15-06-2014
Historiquement, l’obésité est rare chez les patients diabétiques de type 1 mais une prise de poids excessive une complication du traitement intensif.
Par ailleurs, les jeunes diabétiques de type 1 de ne devraient pas être épargnés de l’épidémie d’obésité notée dans la population pédiatrique en Europe et aux Etats-Unis.
Le monitoring continu de la glycémie retrouve de fréquentes hypoglycémies après chirurgie bariatrique
Dr Benoît Fouchet, Marseille le 15-06-2014
Chez les sujets obèses avec une morbidité associée, la chirurgie bariatrique, que ce soit le bypass gastrique (BG) ou la dérivation biliopancréatique (DBP) a démontré une baisse de poids et une amélioration métabolique. Des cas de rémission de diabète ont même été notés.
Un déficit en vitamine D est associé à une perte de fonction des cellules ß et un moindre contrôle de la glycémie chez les diabétiques de type 2
Dr Isabelle Pierre, Nantes le 15-06-2014
Chez les patients diabétiques de type 1, il a été démontré que la vitamine D et ses métabolites modulent la destruction auto-immune des cellules ß.
Une association avait été montrée entre les taux de vitamine D, l’insulinorésistance et la dysfonction des cellules ß avait été montrée chez les diabétiques de type 2.
Les hypoglycémies intrahospitalières prolongent les hospitalisations
Dr Raja Moukhlis, Paris le 15-06-2014
Peu d’études ont évalué l'impact de l'hypoglycémie des patients hospitalisés sur leur hospitalisation. Cette étude a examiné l'effet des épisodes hypoglycémiques des patients hospitalisés sur la durée du séjour à l'hôpital, le coût et le risque de mortalité.
Cette étude danoise cas contrôle rétrospective a utilisé une base de données de
Une faible densité calcique des plaques coronaires prédit la progression des calcifications coronaires
Dr Raja Moukhlis, Paris le 15-06-2014
Les calcifications coronaires (CAC) sont un marqueur d'athérosclérose coronaire. Le score d’Agatston constitue la technique de référence pour dépister les calcifications coronaires.
Le but de l’étude du Dr DUCA, est de déterminer la relation entre le volume, la densité et la progression de CAC chez des patients atteints ou non de diabète de type 1.
Comment utiliser ce site ?
Le menu présent en haut de l'écran vous permet d'accéder directement aux comptes rendu, classés par date et par thème
Attention, ceci est un compte-rendu de congrès dont l'objectif est de fournir des informations sur l'état actuel de la recherche ; ainsi certaines données présentées sont susceptibles de ne pas être validées par l'ANSM et ne doivent donc pas être mises en pratique. Toutes les interviews publiées sont sous la responsabilité des orateurs.